Image

Québec au temps des amérindiens

En 2018, nous utilisons le toponyme « Québec » pour parler de notre ville et de notre province. Voyons comment nous en sommes arrivés là!

La ville

Avant la colonisation, il y avait un village iroquois à l’emplacement actuel de Québec. Ce village s’appelait Stadaconé. Toutefois, les Européens ont nommé la ville autrement. C’est le mot algonquin « Québec» qui est resté.

Le mot « Québec » signifie  « passage étroit » : si vous regardez sur une carte, vous pouvez voir que le fleuve se rétrécit à Québec. Les explorateurs français pensaient que l’endroit s’appelait « Québec », mais en fait les Algonquins utilisaient ce mot pour décrire la géographie (ou plutôt l’hydrographie).

L’orthographe du lieu a changé au fil du temps. On l’a déjà écrit « Quebecq » et « Kébec. Aujourd’hui, l’orthographe officielle est « Quebec » en anglais et « Québec » en français. N’oubliez pas l’accent aigu!

La province

À une époque, les termes «Nouvelle-France» et « Canada »  (du mot «kanata» qui signifie « village» en langue huronne) désignaient le territoire qui est devenu le Québec.  Les mots «Bas-Canada» et «Canada-Est» ont également déjà été utilisés avant la confédération. Pour en savoir plus sur l’origine des toponymes au Canada, consultez ce lien.

Et comment on fait pour savoir s’il est question de la ville ou de la province de Québec? Si vous connaissez la réponse, partagez-la dans un commentaire!

Advertisements
Image

De la couleur en ville!

Le présent article a pour sujet les installations et les œuvres urbaines, permanentes ou temporaires, qui embellissent la ville de Québec. Si vous lisez les lignes suivantes, vous saurez où les trouver. Par exemple, reconnaissez-vous la rue sur la photo ci-dessus?

La photo à la une a été prise dans le Petit-Champlain. Il s’agit de la rue du Cul-de-sac. Ne trouvez-vous pas que les parapluies suspendus ajoutent une touche estivale au quartier? Or, cette installation temporaire n’est pas le seul élément artistique coloré des environs.

Près de là, il y a la Fresque des Québécois et la Fresque du Petit-Champlain. Puis, en vous déplaçant dans le quartier St-Roch, vous pourriez admirer les Fresques des Piliers. En fait, si les fresques murales vous intéressent, faites donc l’un des trois circuits des fresques proposés par la Commission de la Capitale-Nationale.

En plus des fresques, il y a les œuvres d’art public. En parcourant les rues de la ville, portez attention aux sculptures, aux murales, aux bas-reliefs, aux monuments et aux bustes. Ces œuvres en disent long sur notre histoire et sur qui nous sommes, en plus de colorer la ville. Consultez le répertoire des œuvres d’art public pour repérer les œuvres par secteur.

Ce n’est pas tout! Vous connaissez peut-être l’avenue Cartier et ses luminaires géants multicolores, un projet de mise en lumière de la rue Cartier. C’est dire qu’à Québec, vous pouvez apprécier l’art à l’extérieur comme à l’intérieur, beau temps comme mauvais temps.

Image

À vélo à Québec et au Québec

Cet article sous le thème du vélo parlera de l’équipement nécessaire selon les saisons, des meilleurs endroits où faire du vélo dans la ville et dans la province, ainsi que du vocabulaire associé à cette activité.

Que vous le croyiez où non, il possible de faire de la bicyclette toute l’année, même au Canada. Il suffit d’être bien équipé pour que ça soit possible. Pour commencer, vous pouvez utiliser le même vélo à l’année en faisant quelques ajustements. Par exemple, certains pneus sont plus adaptés à une saison ou une autre, la hauteur de la selle peut être ajustée et le lubrifiant à chaîne doit résister aux intempéries. Ensuite, il faut absolument rester au sec et au chaud en portant des vêtements qui respirent tout en étant aussi imperméables que possible. Aussi, n’oubliez surtout pas de vous munir de phares (blanc à l’avant, rouge à l’arrière). Sur le site de Vélo Québec, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour bien vous équiper.

Vous avez un vélo de montagne, un vélo de route, un hybride?  Les amateurs de vélo de montagne trouveront de quoi s’amuser à moins d’une heure de Québec (Mont-Saint-Anne, Vallée Bras-du Nord…). Pour ceux qui préfèrent les pistes cyclables, essayez le corridor de la Rivière-Saint-Charles, le corridor des Cheminots ou le corridor du Littoral, tous accessibles à partir du centre-ville. Il y a aussi beaucoup de possibilités en périphérie. Ce lien vous donnera la liste exhaustive des pistes pour la région de Québec. Si le cyclotourisme à travers la province vous intéresse, il faut consulter la page de la Route Verte, qui est le plus grand réseau cyclable en Amérique du Nord.

Pour ma part, c’est pour me déplacer que j’utilise le plus mon vélo. En ce moment, j’ai besoin de vêtements de pluie et d’une tuque sous mon casque pour être confortable, sinon ça va. Et vous, vous avez sorti votre vélo?

*Pour vérifier votre connaissance du vocabulaire en gras, faites ce jeu-questionnaire.

Image

Le temps d’accrocher ses patins?

Le thème de cette semaine est une activité bien populaire en hiver : le patinage. Pour connaitre les endroits où patiner à Québec ainsi que le lexique associé à ce sport, lisez les lignes suivantes.

Jusqu’à la fin des années 90, il était possible de patiner sur la rivière Saint-Charles, à Québec. Cette activité faisait la joie de beaucoup de patineurs, mais n’était plus sécuritaire. À défaut de restaurer le patinage sur la rivière, la Ville de Québec entretient plusieurs patinoires extérieures accessibles gratuitement à tous. Pour obtenir une liste complète des installations, vous pouvez consulter le site de la ville.

Certaines patinoires ont une plage horaire réservée au patinage de vitesse et au hockey, mais le reste du temps, il n’est pas nécessaire d’être vite sur ses patins pour s’amuser sur la glace. On utilise l’expression « être vite sur ses patins » pour décrire quelqu’un qui patine rapidement (sens littéral) ou qui réagit rapidement dans plusieurs situations (sens figuré).

Généralement, on peut patiner de novembre à mars. Toutefois, cette activité dépend beaucoup des conditions climatiques. En effet, quand le temps est trop doux ou qu’il pleut, l’entretien de la glace est plus difficile, même avec une surfaceuse. Avec les températures que nous avons cette semaine, pensez-vous qu’il est temps d’accrocher ses patins?  À la fin de sa carrière, un hockeyeur « accroche ses patins » (c’est-à-dire qu’il prend sa retraite). Pour ma part, j’ai l’intention de ressortir mes patins l’année prochaine, parce ce que c’est une si belle façon de profiter de l’hiver.

Pour vérifier votre maîtrise du vocabulaire du patinage, vous pouvez faire ce petit test.

Image

La dernière semaine avant Noël

Noël est à notre porte. Les uns ont déjà terminé leurs préparatifs des fêtes, alors que les autres les commencent à peine. Si vous êtes de ceux qui doivent aller au centre commercial, armez-vous de patience parce que les magasins sont bondés. Toutefois, tout y est pour nous mettre dans l’ambiance : la musique, les décorations, l’agitation. Les rues de Québec, elles, sont tout illuminées, et enneigées. Eh oui, la tempête de neige de la semaine dernière nous a assuré un Noël blanc.

C’est la dernière semaine avant Noël et aussi la dernière semaine du Marché de Noël allemand de Québec. Si vous n’y êtes pas encore allés, les exposants vous attendent dans leurs cabanes en bois. Vous y trouverez des idées cadeaux, ainsi que des choses à boire ou à manger. Moi, la semaine dernière, j’ai gouté à un bon vin chaud qui m’a réchauffée un peu. Pour les frileux, le Marché de Noël du Vieux-Port est une bonne option. On y trouve des produits du terroir, et ce , bien au chaud à l’intérieur.

Avez-vous remarqué les mots en gras? Portez attention à l’ordre des mots. On dit la semaine dernière ou la dernière semaine selon le contexte. L’adjectif « dernier » est placé après le nom quand il est question de la période (semaine, mois, année…) qui vient de s’écouler. Si on parle de la semaine dernière, il s’agit de la semaine du 10 au 16 décembre. Toutefois, l’adjectif « dernier » est placé avant le nom dans les autres situations, entre autres quand il est le contraire de l’adjectif « premier ». Par exemple, le Marché de Noël allemand dure cinq fins de semaine; la première fin de semaine était du 23 au 26 novembre, la dernière fin de semaine sera du 21 au 23 décembre.

Quoi qu’il en soit, c’est Noël lundi prochain. Le prochain article sera donc pour souhaiter un joyeux Noël.

Marie-Michèle

Image

Fait-il froid ou très froid aujourd’hui?

Avec les temps doux que nous avons connus cet automne au Québec,  le froid d’aujourd’hui a paru brutal à plusieurs d’entre nous. Toutefois, rappelons-nous que c’est une question de perspective.

Les températures d’aujourd’hui sont basses par rapport aux moyennes de saisons, mais l’hiver et le froid n’ont pas dit leur dernier mot. En janvier et en février, cinq degrés au-dessous de zéro avec de faibles averses de neige, ce n’est vraiment pas de quoi faire les manchettes. Le même bulletin météo le 10 novembre fait jaser. Ici, à École Québec Monde, les étudiants se sont pratiqués à parler de la météo en disant qu’il faisait froid, ou très froid.

Il faut aussi dire qu’il peut y avoir un grand écart entre la température affichée sur le thermomètre et la température ressentie. Avec le vent et l’humidité, il fait moins quinze en ce moment, ce qui peut en faire grelotter quelques-uns ou en réjouir d’autres. En effet, les prémisses de l’hiver enchantent ceux qui attendent cette saison avec impatience chaque année.

On dit que l’hiver, on l’aime ou on le déteste. Et vous, vous l’aimez ou pas?

Votre blogueuse,

Marie-Michèle.

 

Image

La halte des Grandes Oies des neiges

Amateurs d’ornithologie, ouvrez l’œil! Les majestueux oiseaux que sont les Grandes Oies des neiges sont de passage à nos latitudes. Elles reviennent du Grand Nord, leur lieu de nidification, et se dirigent vers la côte atlantique des États-Unis. Comme l’a si bien chanté Félix Leclerc dans sa chanson Le Tour de l’île (1975), contrairement à nous, les Québécois, les oies blanches ne passent pas l’hiver ici. Elles ne sont de retour qu’au printemps:

«Depuis des siècles
Au mois de juin
Parties les oies
Mais nous les gens
Les descendants
De la Rochelle
Présents tout l’temps
Surtout l’hiver
Comme les arbres»

Si vous désirez les observer avant la fin de leur migration, la Réserve naturelle d’oiseaux du Cap-Tourmente est un bon endroit pour le faire. Vous pourriez même en profiter pour vous promenez dans de beaux sentiers colorés, et ce, gratuitement à l’occasion du 150ème anniversaire du Canada. Pour obtenir plus d’information sur le site et la faune qu’on y trouve, vous pouvez consulter la page qu’y consacre le Service canadien de la faune.