Image

Une leçon et quelques flocons

L’article de cette semaine a pour sujet la belle neige qui se dépose depuis ce matin sur la rue St-Joseph et l’ensemble de la région. C’est un bon thème pour une leçon de vocabulaire.

Bien que l’hiver ne commence officiellement qu’au solstice, le 21 décembre, les Québécois se sentent déjà en hiver avec l’arrivée des premiers flocons. Vous pouvez voir sur la photo de la rue St-Joseph ci-dessus qu’il y a déjà une petite accumulation de neige au sol. Au Québec, cette accumulation est généralement mesurée en centimètres (cm), contrairement à la pluie qui est généralement mesurée en millimètres.

Les météorologistes prévoient seulement quelques flocons de neige pour ce soir (moins d’un centimètre), mais parfois les Québécois reçoivent un avertissement de bourrasques de neige ou de tempête de neige. Le terme utilisé dépend de la quantité de neige attendue et d’autres phénomènes météorologiques comme le vent. En général, les motoneigistes attendent la première bordée de neige avec impatience parce qu’une importante chute de neige est nécessaire pour faire de la motoneige.

Le type de neige peut aussi faire une différence pendant les activités hivernales ou les déplacements. Par exemple, une neige collante (humide, mouillée) est nécessaire pour faire un bonhomme de neige, alors que les skieurs vont préférer la poudreuse. Toutefois, la poudrerie nuit à la visibilité lorsqu’on se déplace en voiture. Si vous vous déplacez à pied quand il y a de la neige fondante, il est nécessaire de porter des bottes imperméables.

Pour vérifier votre maitrise du vocabulaire en gras, faites le jeu-questionnaire suivant!

 

Publicités
Image

Fait-il froid ou très froid aujourd’hui?

Avec les temps doux que nous avons connus cet automne au Québec,  le froid d’aujourd’hui a paru brutal à plusieurs d’entre nous. Toutefois, rappelons-nous que c’est une question de perspective.

Les températures d’aujourd’hui sont basses par rapport aux moyennes de saisons, mais l’hiver et le froid n’ont pas dit leur dernier mot. En janvier et en février, cinq degrés au-dessous de zéro avec de faibles averses de neige, ce n’est vraiment pas de quoi faire les manchettes. Le même bulletin météo le 10 novembre fait jaser. Ici, à École Québec Monde, les étudiants se sont pratiqués à parler de la météo en disant qu’il faisait froid, ou très froid.

Il faut aussi dire qu’il peut y avoir un grand écart entre la température affichée sur le thermomètre et la température ressentie. Avec le vent et l’humidité, il fait moins quinze en ce moment, ce qui peut en faire grelotter quelques-uns ou en réjouir d’autres. En effet, les prémisses de l’hiver enchantent ceux qui attendent cette saison avec impatience chaque année.

On dit que l’hiver, on l’aime ou on le déteste. Et vous, vous l’aimez ou pas?

Votre blogueuse,

Marie-Michèle.

 

Image

La fameuse tempête du mois de mars est derrière nous! 

Du moins, nous l’espérons…

Ce sera bientôt le printemps à Québec et, à ce moment-là, il faudra bien que la nature trouve un moyen de faire disparaître toute cette neige! En attendant, on sort nos pelles et notre courage!

Quelle quantité de neige est-il tombé sur la ville de Québec en ces 14 et 15 mars croyez-vous?

Voici quelques photos pour vous permettre de mieux deviner.

Bonne chance!

Des routes glissantes dans un décor blanc

Le quartier Saint-Jean-Baptiste bien enneigé

La Rue Saint-Jean ensevelie

Un feu clignotant bien embêtant

Des citoyens marchant dans les rues

Une pauvre voiture sous la neige

Sacré hiver!

Acquiescer (approuver) tout en disant non, c’est possible?

C’est le cas lorsqu’on tombe d’accord avec une opinion à la forme négative d’une autre personne. Ainsi, si votre ami vous confie qu’il n’aime pas la gadoue, et que vous avez la même aversion pour celle-ci, vous lui répondrez «moi non plus, je ne l’aime pas!»

Et si ce même ami indique qu’il a déjà étudié une langue seconde, vous pourrez dire «moi aussi!»

Bref, l’expression «moi non plus» est l’équivalent de «moi aussi», mais répond exclusivement et obligatoirement à une affirmation à la forme négative.

Votre ami n’aime pas la gadoue, mélange de terre et d’eau parfois accompagné de neige fondue, de sable ou de sel, souvent retrouvé sur les trottoirs et la chaussée de la Ville de Québec et communément appelé sloshe par ses citoyens?

Eh bien, nous non plus!

Bon hiver! ♥

sloshe

«sloshe» est un terme critiqué. Il fait partie du registre populaire québécois

Galerie

// Première neige à Québec //

La Côte Badelard est l’un des endroits discrets de la Ville de Québec où l’on trouve encore une voie piétonne pavée. Elle tient son nom de l’officier et chirurgien réputé Philippe-Louis-François Badelard (1728-1807) établi à Québec, et qui sera fait prisonnier lors de la bataille des plaines d’Abraham en 1759.

La Côte a été surnommée «le coin flambant» à une certaine époque. En effet, au début du 19ème siècle, ce secteur de la ville était reconnu pour son réseau de prostitution et de proxénétisme. Aujourd’hui, il unit deux quartiers populeux et permet, entre autres, à de nombreux jeunes élèves de se rendre à l’École Saint-Jean-Baptiste à pied .

Côte Badelard

La Côte Badelard unissant la Haute-Ville à la Basse-Ville dans les quartiers Saint-Jean-Baptise et Saint-Roch

 

noiretblanc1

L’escalier Badelard ; l’un des 22 escaliers reconnus de la Ville de Québec.

 

chromatique

Couleurs complémentaires