Image

Quoi faire à Québec en fin de semaine?

Cet article a pour but de faire un survol des évènements spéciaux ayant lieu à Québec en fin de semaine. Vous verrez qu’il y en a pour tous les gouts!

Festival des insectes : L’Aquarium de Québec est l’hôte du Festival des insectes en fin de semaine. Il s’agit de la quatrième édition du festival, lors duquel petits et grands peuvent admirer une impressionnante collection de spécimens vivants ou naturalisés. Il est même possible de toucher à ces petites bestioles. Pour les détails, cliquez ici.

La Grande Braderie de mode québécoise : Pour les amateurs de mode, c’est sur la rue Dalhousie qu’il faut se rendre du 20 au 22 avril. Vous y trouverez des créations québécoises à prix réduit. C’est économique et c’est une bonne façon d’encourager les créateurs de la province. Pour avoir l’adresse exacte, consultez cette page.

Salon Cours et Jardins : Avec le printemps qui s’installe (très lentement), vous pensez peut-être à l’aménagement de vos parterres. Le Salon Cours et Jardins est un bon endroit pour trouver de l’inspiration et des conseils. C’est du 19 au 22 avril que Floralies Jouvence accueille les exposants. Jetez donc un coup d’œil à la programmation!

Il y a aussi l’exposition sur Alberto Giacometti, que vous pourriez voir au Musée national des beaux-arts du Québec, sans oublier le Salon Maternité Paternité qui se déroule au Centre de foires de Québec. Bref, il n’y a pas de quoi s’ennuyer!

Bonne fin de semaine!

 

 

Publicités
Image

Le lien entre la prononciation et la compréhension orale – Partie 2

Dans le premier article sur le sujet (Partie 1), il était question de deux traits de la prononciation en français qui font de la compréhension orale un défi, soit les lettres muettes et le « e » instable. Nous vous présentons maintenant trois autres particularités qu’il est bon de connaitre.

Ces particularités sont la raison pour laquelle les non-francophones ont l’impression de n’entendre qu’un seul long mot alors qu’une phrase entière a été dite. C’est qu’en français, on évite les interruptions entre les sons. Voici comment! 

Les liaisons : Il y a des consonnes, à la fin des mots, qu’on prononce seulement quand le mot suivant commence par une voyelle. Dans un tel cas, on fait une connexion entre la consonne et la voyelle, donc une liaison.  Par exemple, dans la phrase « Nous arrivons tôt et nous partons tard », le « s » du premier « nous » est prononcé et lié au « a », mais le « s » du deuxième « nous » est muet.

Les enchainements consonantiques : Les enchainements consonantiques permettent la connexion entre la dernière consonne toujours prononcée d’un mot et le mot suivant, quand celui-ci commence par une voyelle. L’enchainement consonantique ressemble à la liaison, mais il est toujours facultatif et ne permet pas de prononcer une lettre normalement muette. Il y a un enchainement consonantique dans la phrase « Il faut attendre à l’extérieur », entre le « r » et le « à ».

Les enchainements vocaliques : Quand un mot termine par une voyelle prononcée et que le mot suivant commence par une voyelle, il n’est pas nécessaire de faire une pause entre les deux mots. Cela donne l’impression qu’il y a seulement un mot, mais en réalité il y en a deux. Dans la phrase « J’habite à Ottawa », on ne fait aucune interruption entre le mot « à » et le mot « Ottawa ».

Bref, il est vrai qu’il est difficile d’entendre distinctement tous les mots d’une phrase en français, mais c’est ce qui en fait une langue si mélodieuse.

Pour vérifier votre compréhension de cet article, faites ce jeu-questionnaire.